Selon une étude allemande, les personnes vivant avec un handicap utilisent internet plus souvent que la moyenne. 4 personnes handicapées sur 5 utilisent internet et les Silver Surfers, les internautes séniors souvent novices, sont également de plus en plus connectés.

accessibilité web : exemple d'un site web accessible

Pour les internautes novices ou les personnes souffrant d’un handicap, l’expérience de la navigation web dépend de l’accessibilité des sites et applications web, soit de leur manière de présenter leur contenu. Malheureusement, un grand nombre de sites ne sont pas accessibles à tous.

 

Accessibilité web : le public concerné

Comme évoqué dans un précédent article, la numérisation de nombreux services du quotidien rend l’accès à Internet, ou du moins à un ordinateur, indispensable aujourd’hui. Pour éviter l’exclusion du monde numérique, il est d’autant plus important de garantir un accès sans barrières aux contenus et services numériques qui facilitent le quotidien.

Aussi, le terme « accessibilité » ne se réfère pas uniquement aux barrières rencontrées par les personnes handicapées, mais désigne toutes sortes de barrières qu’un internaute peut rencontrer lors de l’utilisation d’internet. “Accessible” signifie qu’internet doit être disponible pour tout le monde. Ceci concerne aussi bien des barrières techniques que des barrières de langue.

Pour assurer qu’un site soit accessible pour le plus grand nombre d’utilisateurs, il faut prendre en compte que le site sera consulté depuis des supports différents (ordinateur, smartphone, tablette) : il doit donc être responsive et compatible avec tous types de navigateurs. En fonction du public auquel il s’adresse, un site doit être traduit dans plusieurs langues et adapter à la culture.

Certains internautes se heurtent à d’autres barrières. C’est le cas notamment des séniors et personnes handicapées. Le mot « handicap » englobe plusieurs handicaps qui nécessitent des modes d’affichage différents sur le web, entre autres :

  • La surdité et les handicaps auditifs
  • La cécité et malvoyance
  • Les handicaps moteurs
  • Les troubles d’apprentissage

 

Un site web accessible et conforme aux normes

Pour la réalisation de contenus web accessibles plusieurs directives s’appliquent. Ces directives sont résumées dans les “Recommandations pour l’accessibilité des contenus web“, proposées par le World Wide Web Consortium, un organisme de standardisation qui promeut la compatibilité des technologies du World Wide Web.

Les 4 principes pour rendre un site web accessible :

  1. Perceptible : tout contenu non textuel doit être présenté sous forme textuelle également pour que chaque utilisateur puisse le transformer selon ses besoin en braille, gros caractères, symboles, langage moins complexe etc. Il faut par exemple penser à proposer des sous-titres pour les vidéos ou donner la possibilité aux utilisateurs de changer le mode d’affichage (augmenter la taille de police, etc.)
  2. Utilisable : toutes les fonctionnalités d’un site doivent idéalement être utilisables sans souris, c’est-à-dire via le clavier.
    En créant un site web, il faut également penser à donner suffisamment de temps aux utilisateurs pour lire et utiliser le contenu (délai suffisant pour le remplissage de formulaire en ligne etc.) et à éviter les affichages clignotants, souvent trop agressifs pour de nombreux utilisateurs.
  3. Compréhensible : un contenu doit être lisible et compréhensible par tous. Le niveau de lecture devrait correspondre au contenu. Aussi, il faut veiller à rendre la navigation simple et cohérente ou encore limiter l’utilisation de mots ou d’abréviations rares.
  4. Robuste : lorsque l’on parle de web, robuste veut dire compatible. Le contenu doit évidemment être compatible avec les principaux navigateurs. Idéalement, un site web devrait fonctionner avec les aides technologiques existantes (lecteurs d’écrans, logiciels d’agrandissement, de changement de contrastes, etc.) afin qu’il puisse être interprété par le plus grand nombre d’appareils.

 

L’accessibilité web en pratique

Afin qu’un site web et son contenu soit accessible au plus grand nombre, voici quelques conseils à garder à l’esprit :

  • Séparer la forme et le contenu.
  • Bien structurer le texte : utilisez des titres, sous-titres etc. pour que le contenu soit facilement lisible par l’utilisateur et puisse être correctement interprété par les screenreaders (lecteurs d’écran).
  • Éviter l’affichage de contenu sous forme de tableaux : ils sont difficiles à interpréter ou afficher par la plupart des appareils aidants, qui les interprètent souvent comme du texte normal.
  • Offrez à vos utilisateurs la possibilité de changer la taille de police.
  • Veiller à avoir un contraste de couleurs suffisant.
  • Définir des attributs texte pour les images afin que les personnes ayant des problèmes de vision puissent savoir ce que représente l’image (ces attributs sont lus par les appareils aidants). Ceci est d’ailleurs utile pour n’importe quel utilisateur, car il peut toujours arriver qu’une image ne charge pas ou ne s’affiche pas correctement. Dans ce cas, le texte défini en attribut s’affiche.

 

C’est en essayant de suivre au maximum ces principes d’accessibilité et de web pour tous que Hakisa développe ses solutions. Les plateformes construites la technologie Hakisa proposent toutes :

  • des espaces identifiés par des couleurs contrastées
  • la possibilité de choisir sa taille de police
  • la possibilité de proposer son interface en plusieurs langues
  • des icônes et actions explicites sur chaque bouton
  • un design responsive c’est-à-dire adapté à l’utilisation sur PC, tablette et smartphone

Pour en savoir plus sur nos solutions, rendez-vous sur le site Hakisa !