Ce 4 janvier, un article sur Hakisa est paru dans le Journal des Entreprises, le voici :

❝ Web – La société Hakisa a mis au point une plateforme qui vise à faciliter en le simplifiant l’usage du web tout en renforçant les liens intergénérationnels.

Après plus d’un an de développement, la société Hakisa, née en novembre 2011, vient de lancer la version bêta de sa plateforme simplifiant à l’extrême l’utilisation d’internet, pour les plus âgés -ou les novices réfractaires- tout en renforçant les liens intergénérationnels. Une double gageure révolutionnaire dans son usage et déjà doublement récompensée: l’entreprise s’est vue remettre coup sur coup le prix start’up de l’année aux Trophées Numeric’Alsace et le Trophée de la solidarité du conseil général du Bas-Rhin.

Levée de fonds en cours
500.000€ ont déjà été investis dans le prototypage, les fondamentaux de la plateforme et dans la constitution d’une équipe qui compte déjà neuf personnes, des développeurs et community managers. «Nous avons reçu le soutien du Réseau Entreprendre, de la Région et d’Oséo», souligne l’un des deux associés fondateurs et P-DG d’Hakisa, Éric Gehl. Pour franchir une nouvelle étape dans son développement, la société prépare une levée de fonds. «Nos besoins s’élèvent entre 500.000 et un million d’euros pour terminer l’étape de globalisation de la plateforme, en matière de marketing et de communication notamment», avance le dirigeant.

Les plus jeunes ont les rênes
En tant qu’ex-dirigeant dans le secteur du numérique et des télécoms, Éric Gehl a été amené à vivre à l’étranger ces vingt dernières années. Il a pu expérimenter la fracture numérique freinant les échanges avec ses proches les plus âgés et s’est spécialisé dans les plateformes de médiation technologique: «Hakisa.com est le fruit de mes observations. Je voulais donner aux générations nées avant l’émergence de l’informatique l’accès à internet sans aucune notion particulière préalable et favoriser les échanges avec les plus jeunes, hyperconnectés». Les enfants et ados sont la clé du dispositif. Sur cette plateforme gratuite pour les usagers, ils endossent le rôle du « Musher », le conducteur de l’attelage de chiens de traîneau. À eux de créer les profils des différents membres de la famille, de les configurer en utilisant les passerelles mises à disposition par le site vers les outils d’échanges du web (Skype, Facebook…) et de les personnaliser par des liens vers leurs centres d’intérêts (site de la commune, météo…). Pour les autres utilisateurs, l’usage se résume à des clics sur des icônes imagées.

La rentabilité en 2014
Le modèle économique de la plateforme repose sur la publicité, l’affiliation et la mise en relation de sociétés de services à la personne ou de e-commerce avec les usagers. «L’ambition de la plateforme, déjà accessible en anglais et bientôt en allemand, est évidemment internationale pour être viable», souligne Éric Gehl qui pense atteindre rapidement les 3.000 utilisateurs. «La société devrait atteindre son seuil de rentabilité à partir de 2014», annonce le dirigeant.❞