Nous sommes confrontés à de nombreux choix toute au long de notre vie et nous sommes amenés à prendre des décisions quotidiennement, notamment lorsque nous naviguons sur internet. Souvent, on se sent submergé par la multitude de choix qui se présente à nous. Le design d’anticipation veut changer cela !

Design d'anticipation : croquis

Aller sur internet pour acheter un simple jean et se retrouver avec des pages et des pages de résultats et un choix tel qu’on a du mal à prendre une décision… Vous connaissez ?

Le développement rapide des nouvelles technologies offre plein de nouvelles possibilités mais il ajoute également de la complexité à beaucoup de domaines. Particulièrement sur Internet, où la quantité d’informations ne cesse de croître, nous sommes constamment confrontés à l’embarras du choix. Mais n’est-ce pas un privilège d’avoir des choix vastes et de pouvoir choisir librement ?

 

L’embarras du choix

Il est bien d’avoir le choix mais plus le choix est vaste, plus la prise de décision se complique. De plus, lorsque nous sommes confrontés à des choix vastes, nous avons tendance à être insatisfaits de la décision prise par la suite.

« Une décision n’est bonne que lorsqu’elle est prise. »

En effet, des études ont montré que trop d’alternatives entravent la prise de décision. Ce phénomène est également connu sous le nom de « paradoxe de l’abondance ». En outre, plus nous devons prendre de décisions, plus elles deviennent irrationnelles au fil du temps.

Trop de possibilités démotivent l’utilisateur, de sorte qu’il se lasse de prendre des décisions au fil du temps et préfère ne prendre aucune décision plutôt que faire le « mauvais » choix. Cette insatisfaction peut amener l’utilisateur à éviter des décisions futures voire même l’empêcher d’effectuer un achat. Le design d’anticipation apporte une réponse à ce problème.

 

Qu’est-ce que le design d’anticipation?

Moins de décisions = moins de stress ; le design d’anticipation vise à contrecarrer cette fatigue décisionnelle. Le design d’anticipation, aussi appelé « design anticipatif » ou « design de contexte », consiste à devancer l’utilisateur pour prendre la décision à sa place en anticipant ses besoins afin de créer de la valeur ajoutée pour ce dernier.

L’anticipation sera atteinte par la combinaison de 3 composants :

  1. L’UX design
  2. Le machine learning
  3. L’internet des objets

Le terme UX (angl. user experience) désigne l’expérience de l’utilisateur sur un site web, ou d’une interface. Le principe de l’UX design est basé sur l’utilisabilité et le ressenti au niveau émotionnel de l’utilisateur. Le « machine learning« , l’apprentissage automatique ou apprentissage statistique en français,  est une sorte d’intelligence artificielle (IA) qui collectionne et explore des données pour mettre en place des algorithmes complexes afin d’obtenir une analyse prédictive basée sur les donnée récoltées

L’association de ces deux aspects au monde de l’internet des objets donne le design d’anticipation et a pour objectif d’obtenir des parcours utilisateur plus fluides, plus simples et intuitifs en présentant moins d’options à l’utilisateur, mais seulement celles qui sont vraiment pertinentes pour lui. Restreindre mais personnaliser pour présenter un choix sur mesure afin d’éviter une submersion d’informations. Prédire et anticiper les besoins de l’utilisateur à l’aide des données collectées, d’algorithmes sophistiqués et de l’utilisation d’interfaces (API’s) pour créer l’expérience la plus agréable possible pour l’utilisateur.

En personnalisant l’expérience utilisateur au maximum, l’utilisateur n’est plus distrait et peut se concentrer sur l’essentiel. En suivant la devise « Moins, c’est plus » (less is more), le concept du design d’anticipation rejoint certains points du minimalisme, un mouvement qui, depuis quelques temps, connait un grand succès sur le net.

 

 Le design d’anticipation : un danger pour la liberté de l’utilisateur ?

Mais l’automatisation des processus décisionnels est-elle vraiment dans l’intérêt des utilisateurs ? Est-ce que l’automatisation ne les limite pas dans leurs décisions ? Et, que se passe-t-il si l’utilisateur ressent une soudaine envie de changer ? La spontanéité avec le design anticipatif est-elle encore possible ? Les utilisateurs se sentiront-ils vraiment soulagés et libérés du poids des choix et décisions à prendre, ou se sentiront-ils plutôt limités dans leur liberté d’agir ?

Le réseau social Facebook et aussi Google montrent déjà un développement dans cette direction. En filtrant les résultats de recherche en fonction de l’intérêt de l’utilisateur, de sa localisation, de son historique de recherche et d’autres facteurs, seuls les contenus correspondant à son point de vue lui seront affichés.

Ainsi ils créent des bulles de filtres qui mènent à un isolement intellectuel. La formation de ces « bulles d’information » a déjà été largement critiquée car elle a pour conséquence qu’un utilisateur voit uniquement les contenus favorables à ses opinions ce qui fait qu’il sera moins soumis à des points de vue contradictoires.

Un autre point critique est la question de la protection de la vie privée : quelles informations l’utilisateur est-il prêt à communiquer pour voir son parcours utilisateur optimisé ?

Beaucoup de questions restent encore sans réponse mais une chose est sûre : le design d’anticipation présente un grand potentiel pour l’optimisation de l’expérience utilisateur tant qu’il veille à ne pas restreindre la liberté de choix de l’utilisateur !