Une étude réalisée par l’institut CSA pour la Fondation Total, qui fête ses 20 ans d’existence, s’est intéressée à la jeunesse française. L’intérêt de l’étude réside dans sa prise en compte de deux populations de générations différentes dans le sondage: les 18-23 ans et les 45-65 ans. Des jeunesses différentes, un avis partagé.

Le recueil de leurs réponses a ainsi permis de porter un regard croisé sur la jeunesse française au cours d’une étude: quel regard porte la jeunesse sur elle-même? Quel regard porte leurs aînés sur cette jeune génération et ses conditions de vie actuelle?

On s’aperçoit alors que les visions des deux générations sont plus proches que l’on n’aurait pu le penser initialement.

Ainsi, l’ancienne comme la nouvelle génération s’accordent à dire qu’il est difficile d’être jeune aujourd’hui. Les 45-65 ans sont d’ailleurs même plus nombreux (80%) à le penser que les 18-23 ans (74%).

En comparant les situations de ces deux générations à 20 ans, même constat, de l’avis général (79% des 45-65 ans et 66% des 18-23 ans) il est plus difficile d’être un jeune d’une vingtaine d’années en France, aujourd’hui qu’il y a 20 ans. Les aînés sont ainsi conscients d’avoir hérité d’un monde plus facile.

Quand il s’agit de comparer les variations principales des traits de personnalité, les deux générations convergent à nouveau vers un constat plutôt pessimiste: les jeunes de 20 aujourd’hui seraient ainsi plus instables, inquiets, égoïstes et paresseux que leurs aînés au même âge. Constat qui peut sans doute s’expliquer par les difficultés accrues pour cette génération.

Source: 20min

De l’avis général, il est plus difficile d’être un jeune d’une vingtaine d’années aujourd’hui qu’il y a vingt ans

Nous nous réjouissons de voir que malgré les difficultés la jeunesse fait preuve d’une belle volonté de s’engager! Nous ne pouvons qu’encourager les jeunes dans cet optique et les invitons à mettre leurs ambitions d’entraide en pratique en aidant leurs aînés sur Hakisa.com! Rejoignez nous!