Les 3 et 4 novembre 2014 se tiennent à Lyon les 1ères rencontres francophones sur le Répit, présidées par le Pr Régis Aubry, président de l’Observatoire National de fin de vie.

En France, le nombre de familles ayant à prendre en charge un proche gravement malade ou invalidé ne cesse d’augmenter. En septembre dernier, l’Assemblée Nationale abordait le « droit au répit » pour les aidants familiaux, une mesure inscrite dans le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement, applaudie comme « l’une des magnifiques innovations du projet de loi ».

Pourtant, l’accompagnement psychologique et humain des malades mais aussi de leurs aidants est particulièrement mauvais.

1ères rencontres francophones sur le répit

Prendre un charge un proche malade ou invalide signifie lui permettre de rester à domicile en assurant une présence jour et nuit auprès de lui mais aussi en lui prodiguant les soins dont il a besoin au quotidien.

Bien souvent, un tel engagement se traduit par un impact négatif voire désastreux sur la vie professionnelle, familiale et sociale des aidants. C’est pourquoi il est indispensable de mettre en place des temps de répit pour les malades et leurs familles.

Ces 1ères rencontres francophones sur le répit sont donc l’occasion de « Faire un état des lieux des acteurs, expériences et réflexions autour du répit ». Elles ont en effet plusieurs objectifs :

  • constater la nécessité d’instaurer un temps de Répit pour les malades et leurs aidants;
  • présenter les mesures possibles en France pour soulager les familles;
  • enfin, promouvoir le concept de Répit auprès des acteurs médico-sociaux, des médias et de l’opinion publique;

Pour ce faire, la Fondation France Répit a invité des personnalités telles que le Pr Jean Leonetti, chargé d’une mission de réflexion sur la fin de vie par le Président de la République ou encore Jean-Claude Ameisen, Président du Comité Consultatif National d’Ethique, à débattre sur la question du répit.

Aidant, dépendant, répit

Les 3 et 4 novembre 2014, au Centre de Congrès de Lyon la Fondation présente également son programme national de Répit qui repose sur la création de maisons de répit régionales où les patients pourront séjourner proche ou avec leurs aidants tout en recevant les soins nécessaires ainsi qu’un accompagnement psychologique et humain 7/7 jours. Au-delà de ces espaces dédiées au Répit, le programme comprend également la possibilité d’une garde du malade à domicile pour permettre aux aidants de « souffler » pour quelques heures ou encore un suivi psychologique durable des familles.

Avec d’énormes avancées encore à faire dans la mise en place d’actions concrètes en faveur du Répit, ces 1ères rencontres francophones sur le répit représentent un pas dans la bonne direction pour plus de 8 millions d’aidants en France.

Pour avoir plus d’information sur cet événement, nous vous invitons à vous rendre sur le site des 1ères rencontres francophones sur le répit.