L’usage des réseaux sociaux explose et ce parmi toutes les générations. Le besoin de lien social avec ses amis et sa famille est essentiel au long de la vie. Aujourd’hui, de nouveaux compagnons apparaissent : les objets connectés. Ont-ils leur place dans les réseaux sociaux ?

Pour Hakisa, la réponse est oui. C’est d’ailleurs l’une des différences majeures qui distingue un réseau social d’un hub social.

Qu’est-ce qu’un hub social ?

Le hub social répond à 3 objectifs principaux :

  • Favoriser le lien social, indispensable à une bonne qualité de vie
  • Apporter des services à la demande pour s’adapter aux besoins et envies de chacun
  • Humaniser les nouvelles technologies pour faciliter leur adoption et les rendre utilisables et utiles

Aujourd’hui nous considérons que le quotidien de chaque personne peur se décomposer en 4 cercles.

Ainsi, le hub social relie ces 4 cercles centrés autour de la personne :

  • Le cercle familial, primordial chez les seniors
  • Le cercle de proximité, primordial chez les jeunes
  • Le cercle étendu dépendant des besoins de chacun
  • Le cercle technologique intégrant les nouveaux objets connectés

hub social

Du réseau social au hub social

Bien que présentant une grande variété de fonctionnalités, l’usage d’un réseau social dépend de l’âge de sa cible mais également des médias utilisés (textes, photos, vidéos). C’est pourquoi il existe des solutions adaptées à chaque usage et à chaque génération.

En revanche, le  hub social apporte une dimension essentielle aujourd’hui : intégrer les objets connectés, de plus en plus nombreux, comme membres actifs du réseau social.

Au sein du hub, l’objet connecté est socialisé car il communique avec son propriétaire et une communauté qui s’intéresse aux données transmises.

Par exemple, un capteur de chute chez un senior va déclencher une alarme (événement) qui va être relayée chez les enfants, les voisins voire un centre de téléassistance professionnel (communauté d’intérêt).
De même, un capteur de tension artérielle déclenche une alarme qui est relayée au médecin traitant et à la famille du patient.

Dans les deux cas, une conversation entre humains va démarrer autour de cet événement afin de prendre en compte l’alarme, la traiter et informer la communauté d’intérêt des actions durant sa prise en charge.

L’action humaine au cœur du hub social

Dans les domaines de la E-santé et de la domotique au sens large (Assisted Ambient Living) l’action humaine qui découle de la prise en charge de l’événement rend le vrai service à l’utilisateur.
En effet, sans prise en charge humaine, la technologie est, certes, très impressionnante mais est-elle réellement utile ?

Dans bien des cas, ce sont les services et l’expertise associés à ces nouvelles technologies qui les rendent utiles et qui perdureront.
Dans le cas contraire, les objets connectés risquent de rester à l’état de gadget et être mis au placard après quelques semaines d’utilisation.

Pour Hakisa, il est essentiel de passer par un processus de socialisation qui permet d’abord au capteur passif d’alerter en cas de danger ou d’anomalie. Ensuite, il faut instaurer un dialogue naturel entre l’humain et l’objet.

Ainsi, les membres (définis et autorisés bien sûr) d’une communauté d’intérêt formée autour d’un capteur peuvent interroger le capteur et en retirer les informations correspondant à son usage.

Nous pouvons par exemple interroger la technologie pour savoir la température qu’il fait dans l’appartement de notre grand-mère ? Ou si elle est sortie de son appartement ce matin ?
Si ces informations sont déjà présentes dans les interfaces de gestion des objets connectés, elles ne sont pas pour autant socialisées et partagées au sein de communautés.

C’est l’ambition d’Hakisa de parvenir à humaniser les technologies en les intégrant dans de véritables communautés afin de toujours centrer leur usage sur l’humain.