Que ce soit pour leur suivi médical, leurs démarches administratives ou simplement pour interagir avec leur entourage, le numérique est devenu un outil indispensable dans la vie des seniors.

Pourtant, si 8 seniors sur 10 considèrent que le numérique contribue à améliorer leur quotidien, seuls 14% des 60 ans et plus se disent autonomes dans son utilisation.

Quel est l‘impact de ce décalage sur le bien-vieillir en France ? Quelles sont les mesures envisagées afin d’assurer l’inclusion numérique de l’ensemble des citoyens ?

Hakisa tente de répondre à ces questions à travers une infographie !

 

Transformation-digitale-bien-vieillir

Favoriser le lien social et faciliter le suivi médical grâce à la transformation digitale  

Avec 75% des seniors utilisant un appareil connecté afin de communiquer avec leurs proches, le numérique apparaît comme une solution pour renforcer le lien social et les échanges intergénérationnels. Les nouvelles technologies facilitent grandement le quotidien des plus fragiles en leur offrant notamment la possibilité de gérer leurs comptes bancaires ou d’effectuer des achats en ligne.

La transformation digitale au sein des établissements de santé est également devenue une priorité pour les 90% des seniors français sous prescription médicamenteuse. De part un suivi des patients facilité, tout comme une nette réduction des distances et des frais de santé, les avantages de cette transformation se révèlent être nombreux.

Une transformation digitale qui, par ailleurs, entraîne une rapide métamorphose de l’ensemble des services utilisés par nos aînés.

 

Administration “zéro papier” : des inégalités qui se creusent ?

Le gouvernement français place également la dématérialisation des services publics au centre de son action. Un objectif bien accueilli par les professionnels du secteur, dont 58% considèrent le numérique comme indispensable dans le parcours des usagers.

D’ici 2022, l’ensemble des démarches administratives devrait être effectué en ligne. Destinée à fluidifier les processus administratifs, cette mesure révèle cependant des inégalités persistantes quant à l’accès et à l’utilisation des nouvelles technologies. 75% des intervenants sociaux déclarent effectuer les démarches numériques “à la place” de l’usager et près d’un quart de la population française se trouve dans l’incapacité d’utiliser internet et les outils numériques par elle-même.

Du fait d’une transformation digitale mal encadrée au sein des équipes des services publics, voire d’un accompagnement inadapté des usagers, les raisons de ce dysfonctionnement sont multiples.

Quelles solutions sont aujourd’hui envisagées afin de répondre au phénomène d’exclusion sociale des personnes en précarité numérique ?

 

Inclusion numérique : quelles mesures envisagées ?

En France, 5 millions de personnes sont actuellement touchées par la précarité numérique. Une précarité qui concerne avant tout les personnes âgées, moins à l’aise face aux évolutions des outils digitaux.

Afin d’assurer l’inclusion numérique de l’ensemble de la population, le gouvernement met en place des mesures telles que des plans de formation aux métiers du numérique et des dispositifs facilitant l’accès au digital (PIX, #APTIC, etc.)    

A travers l’hexagone, un grand nombre d’Espaces Publics Numériques ont ouvert leurs portes. Via la mise à disposition d’ordinateurs, ces établissements proposent des programmes d’accompagnement progressif dans l’utilisation des nombreux services digitalisés et désormais indispensables à la vie citoyenne.